top of page
Rechercher

1 Français sur 4 en couple ne fait plus l'amour avec son partenaire : ce que leur disent les sexologues


La question de l’absence de sexualité au sein du couple, une problématique qui poussent de nombreuses personnes à consulter un sexologue pour réapprendre à communiquer, se rassurer ou transformer son couple.


sexologue marseille, baisse de libido couple
1 Français sur 4 en couple ne fait plus l'amour avec son partenaire : ce que leur disent les sexologues

Selon une étude Ifop sur la sexualité des Français parue ce mardi 6 février, une personne sur quatre actuellement en couple (c'est-à-dire 16% sur les 65% de Français(es) en couple) admet ne pas ou ne plus avoir d’intimité physique avec son conjoint. Cette situation est loin d’être une exception.

Sylvie Parenthoën, Margaux Page et Gianpaolo Furgiuele sont sexologues, les deux premières exercent en Avignon, le dernier à Marseille. Tous les trois confirment recevoir des patients dans cette situation très fréquemment.

"C’est bien plus régulier qu’on ne le pense", assure Sylvie Parenthoën. "Je dirais qu’en moyenne j’ai un nouveau couple tous les quinze jours à ce sujet". Et cela ne devrait pas ralentir. "De plus en plus de personnes consultent pour cette raison, que ce soit individuellement ou dans le cadre d'une thérapie de couple", abonde GianPaolo Furgiuele.

“Est-ce normal que je n'ai pas envie ?”

Les patients qui viennent consulter pour cette raison ont quelques points communs. Margaux Page note que, comme dans le cabinet de Sylvie Parenthoën, "ce sont le plus souvent des femmes qui viennent consulter. Elles osent plus en parler", remarque la sexologue avignonnaise.

À lire aussi : "Si nos amis savaient..." : ce que ces trois sexologues provençales entendent des couples sur leur divan

"Elles n’ont plus de désir sexuel et cela provoque une forme de dysharmonie dans le couple. Leur conjoint est plus en demande et elles cherchent à comprendre pourquoi." "Ce décalage n'est pas étonnant, rappelle Margaux Page. Le désir sexuel est lié à tout ce qui est hormonal. Chez la femme, la production d'hormones est beaucoup moins linéaire que chez l'homme où la libération de testostérone est constante dans le temps".

Dans son cabinet, Gianpaolo Furgiuele remarque, lui, une corrélation entre la situation professionnelle, parentale et l’âge des patients, "il s'agit principalement de couples de jeunes actifs très investis dans leur vie professionnelle. Cette tendance se manifeste fréquemment chez les jeunes couples ayant un premier enfant".

Les trois spécialistes rappellent qu’il n’existe pas de normes "en termes de fréquence, de durée, de pratiques, ou même d'absence de sexualité" selon les mots de Gianpaolo Furgiuele. Ainsi, une absence de sexualité n’est pas forcément un problème à régler. Et la thérapie n'est non plus forcément là pour renouer avec "la sexualité à tout prix", affirme Margaux Page. La preuve, lorsque des couples prennent rendez-vous, "beaucoup viennent pour se rassurer", explique Sylvie Parenthoën. "La première question que ces personnes me posent est généralement : est-ce normal que je n'ai pas envie ?" confirme Gianpaolo Furgiuele.

"Comment peut-on avoir du plaisir si on ne peut pas s’abandonner?”

Les causes de cette absence de vie sexuelle sont multiples, il peut s’agir d’une baisse de libido, de problèmes relationnels dans le couple ou physiques comme des troubles de l’érection. Gianpaolo Furgiuele met aussi en avant une possible asexualité dans certains cas, autrement dit "un désintérêt envers l’activité sexuelle".

La baisse ou l’absence de libido peuvent s’expliquer par "la charge mentale" qui pèse sur les épaules de certaines femmes en plus des "difficultés classiques du quotidien", admet Margaux Page. "Beaucoup d’entre elles me parlent de leur travail, des enfants, de la fatigue du quotidien", confirme Sylvie Parenthoën. "Or, la sexualité est liée à notre psyché. C’est un abandon à l’autre, un accueil de l’autre. Comment peut-on avoir du plaisir si on ne peut pas s’abandonner?" Gianpaolo Furgiuele ajoute deux éléments qui peuvent "sérieusement compromettre la sexualité, la routine et l’absence d’effet surprise."


Pour aider ces couples lorsque cette absence de vie sexuelle entraîne de la souffrance, Sylvie Parenthoën qui est aussi psychanalyste aborde cette problématique par l’écoute. "Il s’agit de comprendre où en est le couple, les écueils traversés et de nommer ce qui doit l’être. J’entends beaucoup dans mon cabinet des 'ah mais je pensais que ça tu t’en fichais de ça'. Avec certains couples, je pointe l’incompréhension entre eux, je leur montre qu’il n’y a plus de sexualité parce qu’ils ne s’entendent plus. Finalement, la question que posent ces consultations est rarement purement sexuelle."

"Ne pas s'enfermer dans des scripts sexuels"

Comme le couple, la sexualité évolue. Une baisse ou une absence d’activité sexuelle peut être le signe qu’il faut se renouveler. Une fois que la communication est rétablie, la discussion peut s’orienter sur les désirs et envies des personnes. "Le couple peut se réinventer pour ne pas s’enfermer dans des scripts sexuels éprouvés depuis des années. Quand il y a des difficultés, ce script doit évoluer, cela passe par exemple par la redécouverte du corps de l’autre."

Réussir à se renouveler, c’est aussi savoir s’extraire d’une vision comptable de la sexualité. "Je suis convaincu que le bonheur des couples n'est pas nécessairement lié à une activité sexuelle régulière. Il est tout à fait possible et souhaitable, d'exprimer la sexualité(plus généralement) de manière différente" affirme Gianpaolo Furgiuele.

Sylvie Parenthoën remarque que certains couples ou patients se tournent vers "des aventures pour vivre d’autres choses", Gianpaolo Furgiuele mentionne aussi l'envie de l’échangisme pour certains patients. Peu importe le chemin que les couples décideront d'emprunter, le sexologue marseillais appelle à un élargissement de notre conception de la sexualité. "Pour beaucoup de personnes, l'activité sexuelle est fréquemment associée à la pénétration. Cependant, nous savons que d'autres définitions d'activité sexuelle existent."

En matière de sexualité, il n'est donc pas question de compter, ni de normer mais de communiquer ensemble.



21 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page