top of page
Rechercher

À Marseille, les jeunes ont-ils moins de rapports sexuels ?

D'après un sondage IFOP publié cette année, 43% des 18-25 ans n'ont pas eu de relation sexuelle durant l'année 2022. Qu'en pensent les jeunes Marseillais ?


D’après un sondage IFOP publié en 2023, 43% des jeunes de 18 à 25 ans n’ont pas eu de relation sexuelle en 2022.

À Marseille, ce chiffre surprend à moitié. Sexologues et jeunes Marseillais nous éclairent. 


L’esprit pollué par les difficultés ?

Mathias, étudiant de 22 ans à Marseille, comprend ce chiffre. Il l’explique par les tracas de la jeunesse qui viennent directement parasiter l’envie d’avoir des relations sexuelles. 

Aujourd'hui, nous avons beaucoup de soucis dans la jeunesse et peut-être moins de relations sociales, plus largement. Il y a notamment un phénomène d'appauvrissement des jeunes qui, je pense, peut jouer sur la santé mentale et en conséquence sur la libido.

MathiasÉtudiant de 22 ans à Marseille


Une diminution de l’activité sexuelle à Marseille

Pour le sexologue Gianpaolo Furgiuele, qui exerce à Marseille, la cité phocéenne suit ainsi une tendance nationale mise en lumière par l’IFOP concernant la sexualité des jeunes. 

De plus, il note certains facteurs ici qui « pourraient contribuer légèrement à une diminution de l’activité sexuelle ». Il précise qu’il convient en effet aussi d’évaluer le contexte « social, économique et culturel » dans la ville. 

Les opportunités d’emploi limitées peuvent influencer les priorités sur des projets « surs et stables », comme les relations des couples ou amicales au détriment des rapports sexuels occasionnels. Marseille est aussi une « ville-monde » où depuis des siècles coexistent différentes cultures et où les approches de la sexualité peuvent sensiblement varier. Enfin, les conditions météorologiques agréables peuvent également inciter les jeunes à passer plus de temps à l'extérieur et se focaliser sur d’autres activités.



Gianpaolo Furgiuele Sexologue à Marseille



L’influence des réseaux sociaux

Le désir des jeunes Marseillais ne semble donc plus forcément toujours au rendez-vous. Pourtant, sur les réseaux sociaux, les corps sexualisés ainsi que les discussions à ce sujet sont nombreux.

Alors, le sexologue nuance : « Montrer son corps sexualisé par le biais des réseaux sociaux, cela ne veut pas dire forcement que l’activité sexuelle devient plus importante ». 

Cela peut aussi et tout simplement « impliquer une satisfaction narcissique ainsi qu’une sensation de soulagement personnel, liées à la réception positive ou à la reconnaissance », ponctue-t-il. 

10 vues0 commentaire
bottom of page